Browse the glossary using this index

Special | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | ALL

Page: (Previous)   1  2  3  4  5  6  7  (Next)
  ALL

P

Plaies

Doit-on percer une phlyctène ?


Si elle est séreuse : OUI. Garder le toit de l’ampoule en place.


Si elle est hémorragique : NON. Il faut découper le toit de l’ampoule et l’enlever puis poser un pansement hémostatique.


Plaies

Que faire en cas de réaction cutanée allergique au pansement ?


Retirer le pansement, vérifier sa composition et le remplacer par un pansement d’une autre classe  et recommandé pour le même stade de plaie n’ayant pas la même composition. Si possible identifier l’agent causal.


Ne pas confondre une allergie au pansement avec une allergie à l’adhésif. Les adhésifs à base de silicone sont rarement allergisants.


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Doit-on faire systématiquement des prélèvements de plaies ?
Non il n’est pas utile de faire des prélèvements systématiques. Si prélèvement il doit y avoir, il doit être réalisé en profondeur, dans un environnement stérile. Des prélèvements par écouvillonnage de plaies (prélèvement de surface) ne sont pas pertinents du fait de la présence d’une flore de colonisation.


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Quand parle-t-on de plaie contaminée ?
Le nombre de bactéries n’augmente pas et elles n’entraînent pas de problème clinique.
(World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonne pratique : L’infection des plaies en pratique clinique. Un consensus  international. Londres : MEP Ltd, 2008.)


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Quand parle-t-on de plaie colonisée ?
Les bactéries se multiplient mais les tissus de la plaie ne sont pas endommagés.
(World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonne pratique : L’infection des plaies en pratique clinique. Un consensus international. Londres : MEP Ltd, 2008.)


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Quand parle-t-on de plaie infectée ?
Les bactéries se multiplient, la cicatrisation est interrompue et les tissus de la plaie sont endommagés (infection locale). Les bactéries peuvent produire des problèmes à proximité de la plaie (dissémination de l’infection) ou entraîner une atteinte systémique (infection systémique).
(World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonne pratique : L’infection des plaies en pratique clinique. Un consensus  international. Londres : MEP Ltd, 2008.)


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Quand parle-t-on de colonisation critique ?
L’infection localisée est souvent caractérisée par les signes et symptômes classiques de l’inflammation : douleur, chaleur, tuméfaction, érythème et perte fonctionnelle.
Néanmoins, les bactéries (particulièrement en cas de plaies chroniques) peuvent entraîner des problèmes tels qu’un retard (ou un arrêt) de la cicatrisation, en l’absence de tels signes patents d’inflammation.
Certains cliniciens désignent ce type plus discret d’infection localisée par le terme de « colonisation critique » ou d’infection « dissimulée » ou « occulte ».
Quel que soit le terme utilisé, lorsque les bactéries présentes dans une plaie entraînent des problèmes, une intervention est nécessaire pour prévenir la détérioration et faciliter la cicatrisation.
(World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonne pratique : L’infection des plaies en pratique clinique. Un consensus  international. Londres : MEP Ltd, 2008.)


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Que signifie biofilm pour une plaie ?
Concept qui génère beaucoup d’intérêt. Après fixation à une surface (ex. dans une plaie), les bactéries peuvent s’englober dans une matrice visqueuse : le biofilm. Les biofilms contiennent de nombreuses souches de bactéries qui se protègent ainsi du système immunitaire et des antibactériens Il semble qu’il existe une corrélation entre les biofilms et les plaies chroniques qui ne cicatrisent pas.
Cependant, l’identification des biofilms requiert l’utilisation de techniques sophistiquées. Des précisions complémentaires sur les effets cliniques des biofilms sont nécessaires avant que des recommandations thérapeutiques puissent êtres émises.
(World Union of Wound Healing Societies (WUWHS). Principes de bonne pratique : L’infection des plaies en pratique clinique. Un consensus  international. Londres : MEP Ltd, 2008.)


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Est-ce que les germes présents dans la plaie sont nécessaires à la cicatrisation ?
Si les germes ne sont pas pathogènes, ils seront nécessaires à la bonne cicatrisation de la plaie.


Plaies infectées / Plaies malodorantes

Intérêt de faire un prélèvement de plaie avec un patient sous antibiothérapie préventive ?
AUCUN !



Page: (Previous)   1  2  3  4  5  6  7  (Next)
  ALL